Specialized S-Works Crux : test

Présenté comme le vélo de gravel le plus léger au monde, le Specialized S-Works Crux 2022 est un vélo de course de cyclocross avec suffisamment de dégagement pour être utilisé comme un vélo de gravel rapide et polyvalent. Une proposition plus agressive que le Specialized S-Works Diverge équipé du Future Shock, le nouveau Crux ressemble plus à un S-Works Aethos qui a été empilé et, bien qu’il ne soit pas aussi léger que le vélo de route, le cadre du Crux est censé peser seulement 725g pour un 56cm.

Pour replacer le processus de développement du Specialized S-Works Crux Disc dans un contexte historique, il a fallu que la pomme Flower of Kent tombe d’un arbre et le frappe à la tête pour que Sir Isaac Newton ait son « moment eurêka » en développant les lois du mouvement et de la gravitation universelle.

Pour l’ingénieur de Specialized, Peter Denk, il a suffi d’une analyse par éléments finis (FEA), d’un superordinateur géant et de 1000 simulations pour avoir son propre « moment eurêka » de réimagination des proportions des tubes et du positionnement efficace des fibres de carbone.

Le résultat est le cadre de 585 g au cœur de l’Aethos, le vélo de route à frein à disque de série le plus léger au monde.

Un an plus tard, la révélation de Denk a été appliquée au modèle cyclocross de Specialized, le Crux, pour aboutir au tout nouveau Specialized S-Works Crux, qui, avec ses 725 g (56 cm), est désormais le cadre de cyclocross/gravel le plus léger du marché.

2022 Specialized S-Works Crux : Les kilos en moins

Le Crux a été soumis à un sérieux régime. Quand on regarde la dernière itération, sortie en 2018, un cadre de 56 cm pesait 950 g revendiqués.

Grâce aux leçons tirées de l’Aethos, le Crux a été allégé de 225 g pour arriver à ce poids annoncé de 725 g, ce qui signifie que cette construction S-Works haut de gamme ne pèse que 7,25 kg tout compris, soit 500 g de moins que son prédécesseur.

Vous pouvez faire remarquer que 500g n’est que l’équivalent d’une miche de pain tranché, mais dans le monde du cyclisme de performance, où chaque gramme compte, une économie d’un demi-kilo est impressionnante.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que ce gain de poids n’a pas été obtenu en choisissant des composants exotiques ou en fabriquant des tubes si fins que vous avez peur de casser le cadre en deux.

Specialized a réduit le poids en réarrangeant les couches de fibre de carbone là où elles sont le mieux utilisées dans le cadre. Pas d’artifice, juste un raisonnement intelligent.

Bien sûr, le poids n’est pas tout. Pour un vélo tout-terrain, d’autres performances clés sont normalement prioritaires, comme le confort ou la maniabilité, mais le fait que le Crux gravisse les pentes avec une telle facilité aide certainement.

Il y a un an, le rédacteur en chef adjoint James Spender a écrit que le Specialized Aethos grimpait comme si « une force invisible le tirait » vers le sommet. En pilotant le Crux, qui est sans doute un Aethos avec des pneus larges, j’ai eu la même sensation.

Il est réactif, il est rigide, et il fait cette chose spéciale de rendre l’escalade plus facile.

Alors que le Crux est traditionnellement le vélo de cyclocross de la marque, Specialized présente cette dernière version comme un vélo de gravel d’abord, de cross ensuite.

La raison est très certainement d’élargir son attrait, mais il y aura ceux qui feront remarquer que Specialized couvre déjà le gravel avec son Diverge, alors pourquoi pousser le Crux dans le même segment ? La réponse est que les deux vélos ont des objectifs complètement différents.

Le Diverge a un empattement plus long pour la stabilité ; il a la suspension à tige Futureshock et plus de solutions de rangement et d’options de montage qu’un meuble Ikea.

Le Crux a une géométrie plus serrée, plus proche de celle du vélo de route Tarmac de Specialized – seulement quelques millimètres de différence, en fait. Il n’y a pas d’utilisation de Futureshock, pas de points de fixation, et en fin de compte une sensation très différente de la conduite en fauteuil du Diverge.

Plutôt que de gronder sur un terrain accidenté, le Crux l’effleure comme une pierre plate qui traverse l’océan, remettant l’accent sur la maniabilité du vélo tout en allant sans aucun doute plus vite que le Diverge.

Pour moi, certains vélos de gravel ont été conçus à un point tel que la majorité des parcours de gravel auxquels je suis exposé – singletrack et chemins boueux – sont maintenant trop faciles, et pour redécouvrir le plaisir et le défi habituellement associés à la pratique du tout-terrain, je suis obligé de rouler sur des sentiers plus techniques, ce qui me ferait penser que je devrais probablement m’acheter un VTT hardtail.

Ce n’est pas le cas avec le Crux. Il m’a redonné un sourire enthousiaste sur le visage.

Prendre la route panoramique

Cela ne veut pas dire que le Crux est difficile à manier, il est juste plus réactif et demande plus de concentration pour négocier une route autour des rochers et des racines, plutôt que de simplement gaffer au-dessus d’eux.

Et, également, cela ne veut pas dire que le Crux n’est pas capable de faire du tout-terrain. Le dégagement des pneus passe de 33 mm à 47 mm pour les roues 700c, ou 2,1 pouces avec 650b, une largeur qui pourrait vous faire traverser des sables mouvants si nécessaire. Sur ce modèle particulier, j’avais un ensemble de Specialized Pathfinders de 38mm, qui ont expédié tout ce que j’ai jeté sur eux avec facilité.

Ce n’est peut-être pas le vélo qu’il vous faut pour faire le tour du monde, mais il est certainement rapide et amusant pour de courtes sorties, qu’il s’agisse d’une course de cross ou d’une simple balade dans les bois.

J’ai tout de même un reproche à faire : 10 750 €, c’est 2 500 € de plus que le 2020 Crux et beaucoup plus que la grande majorité des vélos de gravel ou de cross.

Qu’il s’agisse du vélo de gravel le plus léger du monde ou non, pour ce prix-là, j’aimerais qu’il roule tout seul.

Choix du kit

Le bleu est ma couleur préférée et, ces dernières années, j’ai lentement constitué une garde-robe cycliste qui reflète cette couleur. Mon dernier ajout est ce kit d’hiver de NVPA, Neon-Velo Performance Apparel.

Conçu à Londres, fabriqué en Italie, il allie un design élégant à des tissus de qualité. Le pantalon à bretelles (155 €) est molletonné, avec des fermetures éclair aux chevilles pour faciliter l’habillage, tandis que le maillot à manches longues ( 139,95 €) utilise le même tissu, avec la quatrième poche zippée qui est mon élément préféré.

Et n’oublions pas le gilet léger et facile à emporter (98 €). Qui n’aime pas les gilets ?

Ou alors…

La chasse aux bonnes affaires

Si vous recherchez un bon rapport qualité-prix, le Crux Expert est à 5 500 €, mais il est équipé d’un cadre de 825 g, d’un groupe SRAM Rival eTap 12 vitesses et de roues Roval Terra C tubeless.

Dans la nature

Et si les aventures de plusieurs jours à dormir sur des ronds-points sont plus votre truc, le Diverge, avec sa géométrie plus détendue, sa suspension de potence Futureshock et ses nombreux supports de porte-bagages, est probablement le vélo qu’il vous faut.

Spécifications

  • Cadre : Specialized S-Works Crux
  • Groupe : SRAM Red eTap AXS
  • Freins : SRAM Red eTap AXS
  • Pédalier : SRAM Red eTap AXS
  • Cassette : SRAM Red eTap AXS
  • Barreaux : Roval Terra carbon
  • Potence : S-Works SL
  • Tige de selle : Roval Alpinist carbon
  • Selle : S-Works Power carbone rail
  • Roues : Roval Terra CLX, pneus Pathfinder Pro 2Bliss Ready 38mm
  • Poids : 7.25kg (56cm)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.